Amical européenne du persan et exotic shortair

Recherche

Actualités

Assurance Chat Fidanimo

Nous vous invitons à comparer les différentes offres d’a...

    Expert en assurance chat Les chats sont des compagnons pleins d’affecti...

Eleveurs de persans et exotics shorthair

Nombreux chatons disponibles

Tous les chatons à la vente

Nos entreprises partenaires

royal canin

genindexe

fidanimo

La toxoplasmose

Définition

Maladie parasitaire (due à un protozoaire : Toxoplasma gondii) commune à l’Homme et à de nombreux animaux à sang chaud. Le cycle parasitaire comporte des hôtes définitifs (chat et certains félins) et des hôtes intermédiaires : mammifères, oiseaux…


La maladie chez l’animal

Souvent inapparente, il existe deux formes :

• Toxoplasmose congénitale : malformations fœtales, avortements surtout chez la brebis, la truie plus rarement chez le chien.

• Toxoplasmose acquise : chez les individus immunodéprimés : troubles respiratoires, oculaires.


La maladie chez l’homme

Rare mais grave. Plus de la moitié de la population française serait positive (c’est-à-dire aurait été en contact avec le parasite sans affection apparente) et aurait développé une immunité efficace et durable. La toxoplasmose-maladie ne se déclare que rarement, mais, dans ce cas, elle est très grave. Comme chez l’animal, il existe une forme congénitale responsable d’avortement ou de malformations du fœtus.


Plusieurs modes de transmission

• Par ingestion de viscères ou de viandes crues ou mal cuites. C’est le mode contamination de le plus fréquent. Les viandes les plus dangereuses seraient dans l’ordre : mouton, porc, chèvre, volailles et lapin. La viande de bœuf serait sans risque.

• Par ingestion d’oocystes infectants provenant des selles de chat : seul animal capable de rejeter dans l’environnement des œufs du parasite, il n’est pas contrairement à ce qui est souvent directement contaminant. Pour devenir contaminant les oocystes (œufs du parasite) doivent subir une sporulation en milieu extérieur dans des certaines conditions de température et d’hygrométrie : cette phase prend de 1 à 5 jours. Les oocystes étant résistants plusieurs mois en milieu extérieur, leur ingestion par l’Homme est principalement due à la consommation de légumes du jardin mal lavés ou par contact des mains souillées par de la terre avec la bouche.

Le risque de contamination par l’alimentation et par le jardinage est beaucoup plus important que la seule présence du chat au domicile !


Prévention chez la femme enceinte

Contrôle sérologique systématique. Les femmes à sérologie positive ne courent aucun danger. Puisque leurs anticorps protègent le fœtus contre le parasite. En revanche, pour les femmes enceintes séronégatives et les personnes immunodéprimées, certaines précautions sont à prendre qu’il y ait ou non un chat dans le foyer.

• Bien cuire à cœur (couleur grise) la viande et abats et bien laver les légumes.

• Congeler au moins 15j les viandes destinées à être consommées crues.

• Protéger les aliments des insectes (mouches, blattes…), vecteurs potentiels du parasite.

• Eviter de jardiner ou porter des gants et se laver régulièrement les mains.

• Se laver les mains avant les repas ( !).

• Eviter de manipuler les viandes crues à mains nues ou bien se les laver ensuite.

• Demander à une autre personne de changer et désinfecter tous les jours la litière du chat (sinon s’en charger en mettant des gants de ménage).

• Observer les règles d’hygiène de base avec son chat. (se laver les mains après l’avoir caressé…).

• Nourrir son chat avec un aliment industriel (leur mode de cuisson annule tout risque de toxoplasmose).

• Faire porter aux chats qui sortent un collier à clochette afin d’empêcher la capture des oiseaux (source de contamination des félins).

Les futures mamans doivent savoir que la période dangereuse se situe entre la 10e et la 24e semaine de grossesse. Un suivi régulier de leur sérologie s’impose.


Faut-il traiter préventivement les chats de la maison ?

Question fréquemment posée, c'est théoriquement possible mais difficile de l’assumer durant les 9 mois de grossesse. Le rejet des oocystes s’effectuant en 1 à 3 périodes dans la vie du chat, un examen coprologique est sans intérêt. De même un examen sanguin est inutile : même si le chat est positif cela ne signifie pas qu’il excrète mais qu’il a été en contact avec les parasites dans les mois ou les semaines précédents. Il existe un test récent de détection par PCR qui permet de détecter des infections récentes du chat mais qu’il faudrait renouveler très régulièrement tout au long de la grossesse si le chat est négatif.


En conclusion

Si les règles d’hygiène sont suivies à la lettre, une femme enceinte à sérologie toxoplasmique négative peut tout à fait cohabiter avec un chat. Le danger essentiel étant représenté par la consommation de viande et de légumes contaminés.


Informations générales

200 000 à 300 000 nouvelles infections par an dont 2700 chez les femmes enceintes (sur environ 800 000 grossesses) explique l’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments – http://www.afssa.fr ) dans un rapport récent (24/03/06) qui provoque 600 cas de toxoplasmose congénitale par an (dont 175 enfants auront des séquelles).

Dr Claude Paolino, Vétérinaire

Sources :
La Dépêche ASV
La Semaine Vétérinaire
AFFSA « Toxoplasmose : état des connaissances et évaluation du risque lié à l’alimentation ».