Amical européenne du persan et exotic shortair

Recherche

Actualités

Assurance Chat Fidanimo

Nous vous invitons à comparer les différentes offres d’a...

    Expert en assurance chat Les chats sont des compagnons pleins d’affecti...

Nombreux chatons disponibles

Tous les chatons à la vente

Nos entreprises partenaires

royal canin

genindexe

fidanimo

Le calcium

Lu pour vous sur le site Amicale Belge du Chat asbl

Le calcium est un élément minéral souvent évoqué, lorsque l'on parle de croissance, de gestation et de lactation. Nous nous proposons de rappeler l'essentiel de ses propriétés et de ses particularités biologiques et physiologiques, puis d'en tirer les enseignement pratiques. Présent dans les os, le calcium leur confère la rigidité qui leur est nécessaire pour constituer le squelette, véritable charpente de l'individu. Présent également dans le sang, il est véhiculé par celui-ci pour atteindre l'os (et s'y fixer), atteindre la glande mammaire au cours de la lactation (puisqu'il est l'élément minéral le plus important dans le lait) et atteindre l'utérus au cours de la gestation (constitution embryonnaire). Il permet, en outre, le bon fonctionnement du système nerveux car, avec d'autres éléments, il est responsable à ce niveau des onde de polarisation et de dépolarisation qui constituent l'influx nerveux.


Le calcium constituant biologique

L'absorption se fait :

• Au niveau de l'intestin (à partir du calcium contenu dans l'alimentation ou distribué complémentairement à celle-ci), selon un mécanisme cellulaire complexe qui aboutit à son passage dans la circulation sanguine,
• A partir du sang, différents tissus prélèvent ce qui leur est nécessaire,
• le tissus osseux,
• la glande mammaire,
• l'utérus,
• le système nerveux.

Seul le tissu osseux joue le rôle d'un réservoir puisqu'il est susceptible de reverser dans la circulation sanguine le calcium dont l'organisme peut avoir besoin ailleurs. De plus, l'os vivant est le siège d'une constante destruction ; il existe à son niveau simultanément dépôt et retrait de calcium. Deux organes, l'utérus et la mamelle, le prélèvent sans rien rendre, au cours de la gestation et de la lactation. La demande en calcium de ces deux organes, quand ils sont en activité, est si importante que, par le sang interposé, ils prélèveront sur le squelette ce dont ils ont besoin. L'élimination s'effectue par le rein et l'on trouve le calcium dans les urines. La circulation sanguine joue un rôle primordial dans la distribution et la répartition du calcium dans l'organisme Or il est remarquable de constater que le taux de calcium contenu dans le sang est une valeur constante chez un sujet sain, quel que soit son état physiologique. En effet, les phénomènes de régulation tendent à le maintenir. S'il y a légère baisse, il y aura prélèvement sur le tissu réservoir, le tissu osseux. S'il y a légère augmentation, il pourra y avoir soit dépôt sur ce tissu osseux, soit tout simplement élimination rénale. Dans le cas d'un apport insuffisant de calcium dans l'alimentation ou d'une élimination exagérée, le maintien de la calcémie peut engendrer une déminéralisation, grave du squelette.


Régulation

L'absorption, l'élimination, le maintien de la calcémie, un dépôt suffisant dans les os du squelette et un bon fonctionnement du système nerveux sont commandés par trois facteurs principaux, deux hormones et une vitamine :

• La parathomone, issue des glandes parathyroïdes, augmente l'absorption intestinale, entraîne la déminéralisation de l'os et diminue l'excrétion rénale
• La calcitonine, hormone thyroïdienne, diminue l'absorption, favorise la minéralisation des os et l'élimination rénale.
• La vitamine D favorise l'absorption et la minéralisation de l'os à faibles doses (à fortes doses, déclenche la déminéralisation) et diminue l'excrétion rénale.

Bien sûr, toute anomalie constatée dans l'élaboration, l'activation et la façon d'agir de ces trois principaux facteurs peut engendrer des désordres dans l'absorption, la régulation et l'élimination du calcium dans l'organisme. Sans entrer dans la description d'anomalies pathologiques, envisageons les enseignements pratiques que ses simples considérations physiologiques nous suggèrent.


Besoin du chaton

La croissance c'est, entre autre chose, l'édification d'une solide charpente osseuse d'un sujet devenant progressivement adulte. Il faudra pendant cette période se préoccuper principalement de deux choses :
• Une bonne absorption encouragée par l'apport d'une quantité nécessaire et juste suffisante (ni trop ni trop peu) de vitamine D la prévention de tout incident intestinal (diarrhées) ,
• Un apport de calcium se rapprochant de la valeur suivante : 550 mg/kg/jour (incluant le calcium contenu dans les aliments compris) et tenant compte d'un apport de phosphore tel que le rapport calcium phosphore soit voisin de 1,2(phosphore - 440 mg/kg jour).

Besoin de la chatte en gestation

On estime que, pour l'entretien d'un adulte, les quantités de calcium à apporter sont moitié moindres que celle du chaton. Les besoins au cours de la gestation seront donc légèrement augmentés et, pour y répondre, il faudra apporter un supplément de calcium. On pourra le faire en sachant qu'il n'y a aucun danger à saturer les facultés d'absorption de l'intestin car ce qui ne sera pas prélevé sera rejeté dans les selles (sachons toutefois qu'une exagération peut entraîner des diarrhées).


Besoins de la lactation, tétanie puerpérale

Le lait de la chatte contient en moyenne 2,3 g de calcium par kilo. C'est dire combien la production de lait va prélever au niveau de l'organisme maternel !. Il sera donc nécessaire de saturer l'absorption par un apport suffisant tout en sachant qu'il aura vraisemblablement prélèvement au niveau du squelette. L'incident le plus remarquable et que les éleveurs connaissent bien est la tétanie de lactation ou tétanie puerpérale. Après l'accouchement, la montée du lait peut être si brutale puis les besoins des chatons si importants que les mères présentent des symptômes nerveux caractéristiques. Ceci serait dû à un prélèvement de secours instantané aux dépends du bon fonctionnement du système nerveux, et sur un sujet souffrant d'insuffisance de sécrétion des glandes parathyroïdes (c'est la parathormone qui permet de puiser dans le réservoir osseux).


En conclusion

Les apports de calcium chez le chat au cours de la croissance, de la gestation et de la lactation sont loin d'être négligeables. Ces apports constituent la meilleure prévention des troubles osseux que l'on peut rencontrer au cours de ces trois périodes. Bien entendu, cet exposé, traitant avant tout de cet élément minéral majeur, ne tient pas compte ou très peu de la multiplicité des facteurs qui interviennent en même temps que lui.